Emploi et formation professionnelle : L’UEMOA se dote d’un cadre de concertation et d’un observatoire

Emploi et formation professionnelle : L’UEMOA se dote d’un cadre de concertation et d’un observatoire

La coordination des structures nationales et le rassemblement d’informations fiables vont permettre de conduire avec plus d’efficacité la lutte contre le chômage.

 Les pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) sont plus déterminés que jamais à conjuguer leurs efforts pour lutter contre le chômage et la pauvreté. Pour matérialiser cette volonté, ils ont installé un cadre de concertation qui fera office d’espace d’échange entre les pays. Cette innovation est une des principales décisions de la conférence des ministres en charge de l’Emploi et de la Formation professionnelle de l’UEMOA qui a pris fin mercredi au Centre international de conférences de Bamako. Au terme de la rencontre, les participants ont adopté un document baptisé "Déclaration de Bamako pour la l’emploi et la formation professionnelle".

Ce texte prévoit la mise en place d’un cadre de concertation des ministres en charge de l’Emploi et de la Formation professionnelle des pays de l’union. Les participants le définissent comme un instrument de coordination destiné à renforcer la coopération et la collaboration afin d’accroitre l’efficacité des politiques nationales et sous régionales en matière d’emploi et de formation professionnelle.

 Le cadre de concertation va, entre autres, contribuer à une meilleure coordination des structures nationales de promotion de l’emploi et de la formation professionnelle et faciliter la création de structures communes inter-États ou sous régionales capables de susciter des initiatives.

Le cadre permettra favorisera aussi la poursuite et la mise en œuvre de politiques nationales de promotion de l’emploi et de la formation professionnelle et facilitera le partage, la diffusion et la valorisation des meilleurs pratiques contre le chômage, le sous emploi et le manque de qualification professionnelle.

Les ministres ont décidé de confier la présidence du cadre de concertation à tour de rôle à chacun des ministres pour un mandat d’un an. Ils ont demandé à notre gouvernement de proposer les textes régissant l’organisation, le fonctionnement et le financement de ce cadre de concertation et toutes actions de coopération avec les États et organisations tiers.

 Dans un communiqué lu par Idrissa Koïta, le directeur national de l’emploi et de formation professionnelle, les ministres ont décidé, conformément aux objectifs de la rencontre, de créer un Observatoire sous régional de l’emploi et de la formation professionnelle et d’adopter un projet de renforcement des systèmes d’information sur le marché du travail dans les pays membres de l’UEMOA. Cette approche vise à disposer à terme, d’informations fiables sur l’emploi et la formation professionnelle.

Le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Ibrahima N’Diaye, a jugé que la rencontre avait montré la nécessité pour nos pays de se mettre ensemble pour combattre le chômage. Le président du Conseil des ministres de l’UEMOA, Fernando Gomes, qui a participé à la cérémonie d’ouverture des travaux, est revenu sur le caractère transversal de la problématique de l’emploi et son rôle dans le développement économique, et dans la lutte contre la migration clandestine. "Les conclusions de cette conférence sont le résultat d’un large débat qui a démontré l’intérêt de nos États à renforcer la qualité de la formation professionnelle et à promouvoir des actions visant le plein emploi. Elles démontrent aussi la volonté incontestable des États à agir avec détermination", a indiqué Fernando Gomes. La prochaine conférence des ministres en charge de l’Emploi et de la Formation professionnelle de l’UEMOA se tiendra en Guinée Bissau. Outre les pays de l’union, le Cap-vert, la Guinée Conakry et la Mauritanie ont pris part à la rencontre.

Source: Baye Coulibaly de L'ESSOR

 


Imprimer