Performance des Systèmes de formation Professionnelle

Performance des Systèmes de formation Professionnelle

Le Ministre Jean Claude SIDIBE et une forte délégation se sont rendus en Suisse et au  Luxembourg.

Dans la dynamique de la coopération bilatérale, particulièrement dans les domaines du développement des compétences et de la création d’emplois, une mission de la délégation conjointe Ministère de l’Emploi et de la  Formation Professionnelle -MEN-Secteur Privé de la République du Mali séjourne en Suisse et au Luxembourg. 

Il ressort des constats que la Suisse et le Grand-Duché de Luxembourg contribuent fortement à l’amélioration des objectifs que le Mali s’est fixés en matière d’Emploi et de Formation professionnelle. Toute chose qui s’est  toujours matérialisée par les différents projets et programmes qui sont signés entre l’Etat malien et ces pays et qui s’exécutent de manière satisfaisante au bénéfice des populations maliennes.

Selon les données, le Gouvernement du Mali s’est fixé, via une stratégie de croissance accélérée, d’atteindre une croissance plus stable et des plus créatrices d’emplois. Cette stratégie de croissance met un accent particulier sur la formation professionnelle, notamment des jeunes chercheurs d’emplois. La population malienne est à forte dominance jeune et féminine. Globalement, les personnes âgées de moins de 15 ans et celles de moins de 25 ans représentent respectivement 46% et 65% de la population. Cette population réside majoritairement en milieu rural.

Le défi démographique pose également la problématique des qualifications des jeunes, notamment l’utilisation inadéquate et/ou insuffisante de leurs qualifications. Il nous revient que les  avancées importantes enregistrées ces dernières années par le système éducatif malien n’ont que très peu concerné le sous-secteur de la  Formation Professionnelle. Très peu de jeunes ont accès aux dispositifs de Formation Professionnelle et par conséquent aux opportunités d’acquisition de qualifications professionnelles.

C’est ce qui fait que les autorités maliennes cherchent les voies et moyens afin de mettre en place des dispositifs de formation permettant d’améliorer l’adéquation entre offre de formation et demande de travail et développer le partenariat public-privé comme alternative à la limite de l’Etat dans la dotation en ressources financières. Faut-il le rappeler,  le contexte politico sécuritaire difficile que le Mali traverse, affecte beaucoup le développement de la formation professionnelle et la création d’emplois alors que des changements majeurs étaient attendus avec la mise en œuvre du Programme Décennal de Développement de la Formation Professionnelle pour l’Emploi (PRODEFPE), plan d’opérationnalisation de la Politique Nationale de Formation Professionnelle et la mise en œuvre du plan d’actions de la Politique Nationale de l’Emploi (PNE).

Ce faisant, aucun effort n’a été épargné pour mettre en place des politiques innovantes et pour dynamiser la coopération avec les partenaires techniques et financiers œuvrant dans le domaine de la formation professionnelle.

Cette importante mission en Suisse/Luxembourg vise à : capitaliser les bonnes pratiques à travers des échanges sur les systèmes de formation professionnelle et des visites des dispositifs de formation professionnelle et de création d’emplois pour les jeunes du Mali ;  échanger avec les responsables chargés de l’administration et de la gestion des systèmes de formation professionnelle ; échanger avec les responsables des services publics de création d’emplois, particulièrement pour les jeunes ;  échanger avec les responsables chargés de l’animation et de la gestion des chambres de métiers ; visiter des dispositifs de formation professionnelle et d’apprentissage ; visiter des dispositifs de formation en entreprenariat pour les jeunes ; échanger sur le dispositif de certification en marche ; échanger sur l’expérience de ces deux pays en matière de catégorisation et d’autonomisation des centres de formation professionnelle ; échanger sur la gestion des centres à travers le partenariat public privé ainsi que la gestion des centres par les collectivités décentralisées ; visiter des dispositifs de financement de la formation professionnelle.

Tougouna A. TRAORE DU JOURNAL NOUVEL HORIZON

PARUTION DU 16 OCTOBRE 2019

 


Imprimer