Formation Professionnelle: Le FAFPA finance la formation de 250 avocats

Formation Professionnelle: Le FAFPA finance la formation de 250 avocats

"Les mécanismes juridiques et juridictionnels de lutte contre la corruption, la procédure et les incidences de procédures devant le pôle économique et financier, l’acte d’avocat et la caisse autonome de règlement pécuniaire des avocats (CARPA), la représentation judiciaire au Mali et la protection des données à caractère personnel" sont les thèmes de la session de formation de 250 avocats membres du Conseil de l'Ordre des Avocats du Mali dont l'ouverture à été faite le lundi 22 Juillet 2019 au Centre International de Conférence de Bamako (CICB) à Bamako.

La formation est initiée par le Barreau malien en partenariat avec le Ministère de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, à travers le Fonds d’Appui à la Formation Professionnelle (FAFPA). Le Premier Ministre Dr. Boubou CISSÉ a présidé le 22 juillet 2019 au Centre international de conférence des Bamako, l’atelier de formation d’une semaine au profit de 250 avocats. On notait la présence du Ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Me Jean-Claude SIDIBÉ, du Ministre de la Justice, Me Malick COULIBALY, du bâtonnier de l’Ordre des avocats du Mali, Me Alhassane SANGARÉ, du Directeur Général du FAPFA, Monsieur Mohamed Albachar TOURÉ.

Le chef du gouvernement dira que l’initiative de l’Ordre des avocats du Mali visant à développer les ressources humaines pour le bon accomplissement du travail de ses adhérents. "Aujourd’hui, notre vision de la formation professionnelle et les principales mesures consistent à la mettre davantage au service de notre économie, de nos entreprises, des jeunes conformément à l’engagement du président IBK", a-t-il déclaré. Pour Dr. CISSÉ, la formation doit devenir la réalité vécue et perçue par chacun, et non juste dans les textes. Et d’ajouter que notre système de formation professionnelle devrait davantage donner l’égalité des chances. "Nous allons investir à la hauteur des enjeux de développement économique et social, car si nous n’investissons pas massivement et qualitativement dans la formation, nous risquerons de freiner la reprise de la croissance faute de compétitivité et d’accroître la vulnérabilité des entreprises, le chômage des jeunes par manque de compétences ou de qualification obsolète", a-t-il souligné.Pour lui, le développement des ressources humaines est une ambition ardente qui requiert une forte détermination et une participation effective du gouvernement et des organisations patronales et syndicales. La mobilisation de tous les acteurs concernés est non seulement utile mais nécessaire, a-t-il dit.

Pour le Ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, le but de cet atelier est de renforcer les compétences  de ses adhérents en vue d’accroître l’efficacité et la qualité de leur travail. Le Ministre de l'Emploi et de la Formation Professionnelle dira que la formation continue est un impératif absolu pour chaque avocat malien dans tous les domaines de droit pour lui permettre d’accomplir pleinement les missions qui sont les siennes dans la consolidation de la démocratie, le renforcement de l’Etat de droit, entre autres.

Le Bâtonnier de l’Ordre des Avocats du Mali, Me Alhassane SANGARÉ en ces termes dira que pour 18 millions d’habitants il n’y a seulement que 330 avocats dans notre pays. Il a tout aussi déploré l’absence d’un centre de formation dédié et a sollicité l'appui et l'engagement des plus hautes autorités pour étoffer d'une part le rang des Avocats, d'autre la mise à disposition d'un centre de formation continue à l'intention des Avocats du Mali.

DICOM FAFPA: SOURCE LE JOURNAL GUIDO: Lassana COULIBALY


Imprimer